Sugraisser à la base ou à la trace

On s’est tous demandé à un moment où à un autre si c’était mieux de surgraisser à la base où à la trace. On voudrait savoir si cela modifiera notre savon de faire de l’une ou l’autre façon. Est ce notre savon sera meilleur, plus doux, plus onctueux, plus plus plus……………si on le surgraisse à la trace ? En voilà une question existentielle à laquelle on ne saurait répondre sans être chimiste. Tout le monde s’entend pourtant dire qu’il est bien meilleur de surgraisser à la trace. Pourtant la saponification ne fait que commencer au moment de la trace, donc qu’est ce qui nous dit que les huiles ont toutes réagi avec la soude et que seule notre huile ajoutée à la trace tiendra lieu de surgras ? Rien ne peux l’affirmer en fait !

Mais alors comment savoir ? Et bien en réalisant un petit test pardi ! Parce que oui, je préfère toujours me faire une idée par moi même, je n’ai pas changé, et sur ce sujet on ne me changera pas. Et puis j’ai toujours aimé expérimenter, vous le savez bien ;)

J’ai donc réalisé deux savons identiques, avec comme seule différence un surgras à la base pour l’un, tandis que l’autre, formulé exactement de la même façon, à été surgaraissé à la trace. L’huile d’Argan dans ce savon est comptée de la même façon dans la formule mais à été ajoutée à la trace, au lieu d’être mélangée avec les autres huiles. Pour que cela soit plus facile à comprendre, voici les deux formules.

Savon-test-Argan-N°1Savon-test-Argan-N°2Je précise que les deux savons ont été faits en même temps et que le mélange des 2 phases à été fait pour les 2 savons à température ambiante, soit 22°C.

Et au final ça donne quoi ?

Pour commencer j’ai noté une différence lors du mélange de ces deux savons. Le savon N°1 (surgras à la base) à eu une trace légèrement granuleuse, j’ai dû mélanger au fouet manuel puis remixer pour homogénéiser le tout. Le savon N°2 (surgraissé à la trace), quant à lui, à eu une trace plus rapide et plus épaisse, sans que je ne mixe plus longtemps.

Ensuite et comme vous pouvez le constater sur les photos, il y a une nette différence visuelle entre les deux. Le savon N°1 est plus blanc que le savon N°2, qui lui est plus verdâtre et qui laisse apparaître une phase de chauffe plus importante (le rond au centre correspond aux traces laissées par une phase de gel).

Quand on passe sous la douche cela donne quoi ?

Argan-base-2Le savon N°1 produit une mousse plus importante avec de plus grosses bulles. Il est très agréable et fond normalement.

Argan-trace-2Le savon N°2 produit une mousse plus fine, plus onctueuse. Il est un peu plus agréable mais il mousse moins du coup. Quant à la fonte, elle est normale également.

Argan-base-3 Argan-trace-3Quand on passe le doigt sur ces deux savons, un léger dépôt gluant se crée (un peu plus du côté du savon N°2), mais le doigt ne s’enfonce pas pour autant. Le petit côté gluant du savon apportera plus de confort pour protéger la peau, un petit bonus pour le savon N°2 donc. La dureté du savon a donc été légèrement modifiée par l’ajout d’Argan à la trace, mais de manière peu perceptible pour la longévité du savon.

Et ils ont quoi dans le ventre ces savons ?

Argan-base-4Ici on voit clairement que le savon N°1 à chauffé uniquement à l’intérieur, cela confirme donc la chauffe moins importante et peut être une saponification moins homogène. J’ai eu un peu plus de mal à le couper, il est peut être un peu plus dur au final.

Argan-trace-4Le savon N°2 est plus lisse et la coupe à été plus facile. La couleur est homogène, on voit donc que le savon à bien chauffé dans sa totalité.

A noter également que le savon N°1 dégage une odeur neutre, tandis que le savon N°2 à un parfum plus fruité, je pense qu’on sent plus l’huile d’olive. Peut être est ce dû à la phase de gel, plus intense.

En résumé ça donne quoi :

Savon N°1
. Blanc
. Chauffe peu intense
. Odeur neutre
. Bonne dureté
. Plus moussant

Savon N°2
. Vert
. Phase de gel homogène
. Odeur fruitée de l’huile d’olive qui ressort
. Bonne dureté
. Plus gluant

En conclusion je dirais que la légende était bien vraie, puisque notre savon N°2 est un peu plus onctueux et agréable sur la peau. Il perd en pouvoir moussant mais il gagne en douceur. La saponification à l’air d’avoir été plus homogène et c’est aussi un plus. Tant pis pour la mousse et la blancheur, mieux vaut avoir un savon le plus agréable possible. Je vous encourage donc à surgraisser à la trace, voir à mélanger une partie de vos huiles avec la soude, puis d’ajouter le restant à la trace. Quant à la phase de gel, je vous ferais très bientôt un nouvel article à son propos. J’ai quelque peu changer mon fusil d’épaule et il faut que je vous explique pourquoi. Si vous avez des autres questions à propos du surgraissage à la trace, n’hésitez pas à me les laisser ici, j’y répondrais avec plaisir.

A bientôt

Edit : Si vous souhaitez avoir un avis plus scientifique et différent du miens, je vous encourage à lire l’excellent article de Kevin M. Dunn ici.

Ce contenu a été publié dans SAVONS par Ka. Mettez-le en favori avec son permalien.

9 réflexions au sujet de « Sugraisser à la base ou à la trace »

  1. Bonjour,
    Merci pour ce test! Je n’aurais pas procédé de la meme façon en fait…
    J’aurais fait un savon par exemple avec un surgras de base de 5% avec ajout de 2% du poids des huiles en argan a la trace.
    Et j’aurais fait un savon avec surgras de base de 7% mais avec un poids plus élevé, en fait je n’aurais pas raisonné en % mais en g… (je ne sais pas si c’est clair ce que je dis lol)
    Ca donnerait
    Savon n°2, pour 100g d’huile au départ: surgras de base 5%:
    Olive 50g -> 50%
    Karité 25g ->25%
    Coco: 25g ->25%
    Ajout de 2% d’argan a la trace, soit 2g pour un surgras total de 7%

    Savon n°1, surgras de base 7% sans ajout a la trace, pour 102g d’huile au départ:
    Olive 50g -> 49,02%
    Karité: 25g ->24,51%
    Coco:25g ->24,51%
    Argan: 2g ->1,96%

    Dites moi si c’est correct?

    • Je suis d’accord sur le principe mais 2% c’est trop peu pour voir la différence à mon sens. Mon test n’a pas pour vocation d’être scientifique et je ne cherche pas à détenir la vérité à tous prix, je veux juste tester des choses pour voir de manière simple ce qui se produit. Je vais rajouter un lien sur un article de Kevin M. Dunn qui fonctionne de la même manière que moi pour son test mais qui à été beaucoup plus loin dans l’expérimentation scientifique ;)

      • Merci pour votre réponse!
        Votre test est très intéressant, et grace a vous j’ai découvert une autre façon de procéder pour le surgraissage et j’ai très envie d’essayer!
        Je ne voulais en aucun cas critiquer votre test, au contraire je voulais juste avoir votre avis sur le mien ;-)!
        Et vous avez raison 2% de surgras c’est trop peu pour pouvoir voir une différence!
        J’ai hate de lire votre article sur la phase de gel!
        A bientot

  2. J’aime bien tes tests sur les savons et particulièrement tout ce qui peut expliquer ce qui passe réellement dans nos moules (le livre de Kevin M. Dunn est mon préféré de tout ce que j’ai pu lire sur la saf).
    Tes 2 savons bien qu’ayant la même formule (même quantité de soude pour les 2 si j’ai bien compris, soit un surgras calculé sur la totalité des huiles et pas uniquement sur l’argan), sont différents au final. Tant mieux, cela multiplie encore plus les possibilités.
    Que le savon n°2 ait tracé plus vite que le n°1 me parait logique puisqu’il avait plus de soude à sa disposition. A l’ajout de l’argan à la trace, as-tu remixé jusqu’à une nouvelle trace ou as-tu mis en moule juste après, le mélange devait alors être plus fluide ?
    En ce qui concerne la phase de gel, les aspects extérieurs et intérieurs des 2 savons sont un peu contradictoires (as-tu coupé le n°2 au niveau de la trace de gel ?). La phase de gel redistribue un peu les cartes entre la soude et les huiles. Vivement ton prochain article.

    • Bonjour,

      Oui j’ai remixé à l’ajout de l’argan pour homogénéiser et pour retrouver la trace, qui était identique au savon N°1 avant la mise en moule. J’ai coupé les deux savons au centre et c’est vrai que c’est étrange de voir un cercle plus foncé sur le dessus du savon, mais au final un savon homogène à l’intérieur. Mais en fait le rond n’apparaissait qu’en surface, une fois que je me suis lavée avec le savon (plusieurs fois), le savon est devenu entièrement jaune.

  3. Hâte de lire ton article sur la phase de gel, celui-ci est très intéressant, je teste en ce moment le surgraissage à la base et je trouve que les savons sont plus un peu plus friables et moins faciles à couper que lorsque je fais le surgraissage à la trace.

  4. Merci pour l’article, je surgraisse toujours à la fin alors j’étais bien contente.
    Je suis une savonnière à chaud, et je surgraisse quand mon savon est presque entièrement cuit, mes savons sont toujours superdoux et plus « gluant » que mes premières expériences qui était entièrement mélangés au début.

  5. Bonjour ka

    Pour ma part j’en suis convaincue car j’ai expérimenté ce genre de procédé s, en effet un savon avec un ajout à la trace n’a rien de comparable avec une réduction de départ exemple un 8% , le premier est cocooning et j’adore moins de bulles mais tellement crémeux
    Merci pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *